Rupture indésirable ou opportunité de transformation ?

3 min de temps de lecture 4 mai 2020
3 min de temps de lecture 4 mai 2020
Thématiques associées Commerce international Fiscalité

Les entreprises doivent mettre au point une fonction dédiée au commerce international pour faire face aux bouleversements dans le domaine commercial et fiscal.

Les tensions au sein des échanges internationaux, symbolisées par le relèvement des droits de douane et la renégociation des accords commerciaux actuels, bouleversent les habitudes dans le domaine commercial et les repères dans le domaine fiscal. Ces ruptures ont un impact significatif sur les douanes, les droits de douane, la supply chain et les modèles opérationnels des sociétés multinationales.

« La fonction de commerce international a été négligée ces dernières années », déclare Dalton Albrecht, Global Trade leader - EY Law LP Canada. Pour les entreprises, surveiller ces éléments n'était pas impératif. Donc ils ne l’ont pas fait.

Mais l’environnement a évolué.

Selon Yoichi Ohira, Global Trade leader – EY Japon, les deux évolutions récentes les plus marquantes sont le Brexit et la stratégie commerciale menée par Donald Trump. La concurrence entre les pays se traduit désormais par une série de différends commerciaux toujours plus agressifs, par une augmentation des droits à l’importation sur une gamme toujours plus large de marchandises.

« Il est difficile de suivre l’état actuel et futur du commerce mondial, d’autant plus que des changements se produisent quasi quotidiennement », explique Armando Beteta, EY Global Trade services leader - Latin America Business Center.

Les entreprises peuvent gérer ces ruptures en faisant preuve de flexibilité et en développant une fonction commerciale dédiée afin de surveiller et de répondre aux évolutions du marché. Cette stratégie peut contribuer à réduire les risques et à augmenter les opportunités.

Ce qu'il faut retenir

Les ruptures du commerce international ont un impact significatif sur la supply chain et sur les modèles opérationnels des multinationales, obligeant les multinationales à faire face et à résoudre des problématiques commerciales et fiscales toujours plus complexes.

A propos de cet article