4 min de temps de lecture 7 nov. 2019
Ingénieur devant une pile de conteneurs

Les cadres face à la rupture du commerce international

Le commerce international est soumis à de profonds bouleversements. Afin de comprendre son impact sur les entreprises, nous avons interrogé 1 700 cadres commerciaux.

Les relèvements de droits de douanes entre les États-Unis et la Chine, les différends commerciaux entre les États-Unis et l’UE, le Brexit, les négociations américaines avec le Japon et bien d’autres conflits commerciaux à travers le monde perturbent le commerce mondial . Les cadres se doivent de réagir, en évaluant et en mettant en œuvre différentes stratégies dans le but d’atténuer l’impact de ces perturbations.

Vous pouvez consulter le rapport complet (PDF) ici.

Résultats de l’enquête

Dans le cadre d'un récent webcast, les équipes d'EY, les professionnels d’EY ont interrogé près de 1 700 cadres commerciaux dans le but de recueillir leurs avis concernant l’impact des perturbations du commerce international sur leurs entreprises, l’avenir de ce bouleversement ainsi que les stratégies mises en œuvre pour y faire face.

La majorité des personnes interrogées (63 %) considèrent le coût et l’incertitude autour des négociations commerciales comme leurs principales préoccupations. Pour de nombreux cadres, ces perturbations ne cesseront pas de sitôt, 50 % d’entre eux estimant qu'elles dureront encore au moins un an, tandis qu’environ 20 % prévoient une dégradation encore plus longue du commerce mondial.

Éléments du graphique des perturbations commerciales
Tableau de la période de perturbation des échanges

Par ailleurs, la plupart des personnes interrogées ne croient pas en la conclusion d’un accord commercial complet entre les États-Unis et la Chine. En effet, près de 70 % pensent que seul un accord partiel pourrait être signé, si ce n’est aucun.

Tableaux complets des accords commerciaux

Parmi les principales stratégies mises en œuvre par les entreprises pour atténuer l’impact de la rupture commerciale avec la Chine figure la délocalisation hors du pays de certains composants de la supply chain (52 %) ainsi que d’une partie de la fabrication (26 %). De plus, si plus de la moitié des cadres (55 %) envisagent de se concentrer sur leur pays d’origine afin d’atténuer l’impact sur les obligations et les coûts, seulement 20 % se disent confiants quant à la gestion des différences entre l’origine préférentielle et non préférentielle ainsi qu’à la compréhension des risques à cet égard. 

Graphes de perturbations commerciales
Graphiques des impacts sur les coûts
Risques des graphiques d'origine

Ré-écoutez notre webcast

Retrouvez le replay de notre webcast en cliquant ici – Série sur les perturbations du commerce international : prêt pour la prochaine vague ?

Pour plus de détails, rendez-vous sur ey.com/globaltradedisruptors et inscrivez-vous pour recevoir des alertes sur ce sujet.

Ce qu'il faut retenir

Dans le cadre d’une récente émission web, nous avons interrogé des cadres commerciaux afin de comprendre l’impact des bouleversements actuel du commerce mondial sur leurs entreprises ainsi que les principales stratégies mises en place pour ne pas trop subir la dégradation des relations commerciales avec la Chine.

A propos de cet article