28 juin 2021

Transformation de la fonction juridique : défis et opportunités

Par Virginie Lefebvre-Dutilleul

Avocat Associée, Business Law, Life Sciences Leader, Western Europe Maghreb, France

Passionnée par le secteur de la santé et le droit, aime travailler avec différents métiers et à l’international, serial intrapreneur.

28 juin 2021
Thématiques associées Droit des affaires

En janvier 2021, EY Law et le Harvard Law School Center on the Legal Profession ont mené 2000 interviews pour mieux comprendre les défis et opportunités auxquels les départements juridiques sont confrontés.


Au sommaire de cette enquête

  • Les priorités des PDG et leur impact sur le département juridique
    • Priorité 1 : Transformer la gestion des risques
    • Priorité 2 : Réévaluer la structure des coûts des départements juridiques
    • Priorité 3 : Numériser les processus
    • Priorité 4 : Permettre à l'entreprise de se développer
  • Comment les directeurs et responsables juridiques répondent aux priorités des PDG
    • Optimiser l'utilisation des conseils externes
    • Le défi d'une internalisation efficace
    • Numérisation et optimisation des process internes
    • Choisir la stratégie de sourcing la plus efficace

 

EY Law et le Harvard Law School Center on the Legal Profession ont mené ensemble, au début de 2021, une large étude « General Counsel Imperative » qui sera restituée en plusieurs volets, en interviewant 2,000 dirigeants et responsables dans 22 pays.

Le premier rapport de cette étude « Transformation de la fonction juridique : défis et opportunités », se concentre sur la façon dont les entreprises, au vu des priorités de leur PDG, préparent la reprise et quelles sont les implications de ces priorités sur la fonction juridique.

Pour répondre aux priorités de leurs PDG, les départements juridiques doivent continuer leur transformation et accroître leur agilité pour s'aligner sur la stratégie globale de l'entreprise. Il est essentiel de repenser les initiatives actuelles.

Cinq enseignements majeurs ressortent de cette étude :

1. La gestion des risques est une priorité absolue, mais les niveaux de confiance dans les données sont faibles

Les PDG citent la gestion des risques comme étant le domaine dans lequel ils s'attendent à mettre en œuvre le plus de changements au cours des trois prochaines années. Toutefois, peu de directeurs juridiques se déclarent "très confiants" dans les capacités de leur département à identifier, mesurer et gérer les risques complexes.

2. Les chefs d'entreprise signalent que les inefficacités contractuelles ont un impact sur la croissance des revenus

Presque tous les responsables business development déclarent rencontrer des difficultés à travailler avec leurs services juridiques sur des questions liées aux contrats. La moitié d'entre eux (50%) affirment que les inefficacités du processus contractuel ont entraîné une perte d'activité.

3. La charge de travail augmente plus vite que les budgets et les départements juridiques prévoient des réductions de coûts encore plus ambitieuses

Les directeurs juridiques s'attendent à ce que la charge de travail augmente de 25 % au cours des trois prochaines années, mais 75 % indiquent que les budgets n’augmenteront pas en conséquence. Dans le même temps, de nombreux responsables de services juridiques prévoient d'importantes réductions de coûts qui nécessiteront des changements opérationnels majeurs.

4. Les dirigeants n'investissent pas assez dans la technologie juridique et l'amélioration des processus

Les directeurs juridiques déclarent que la réduction des coûts passe par la mise en œuvre et l'utilisation de la technologie. Pourtant, les services juridiques ont du mal à obtenir de la part de leur direction un budget pour la technologie et l'amélioration des processus.

5. Les services juridiques continuent d'utiliser les méthodes traditionnelles de prestations de services malgré les défis crois-sants

De nombreux services juridiques font état de difficultés importantes concernant la gestion de leurs conseils et de l'internalisation. Dans le même temps, les options de libre-service automatisé, les centres d'excellence et les stratégies de co-sourcing semblent être sous-utilisées. Il devient crucial de trouver le bon équilibre entre toutes ces solutions.

  • Méthodologie

    L’enquête Global Law Survey 2021 inclut sur les réponses de plus de 2 000 personnes dans 17 secteurs d'activité et 22 pays dans le monde entier. Les témoignages de 1 000 directeurs et responsables de services juridiques ont été complétés par des interviews de responsables du secrétariat juridique, des achats, de gestion des contrats commerciaux et du business development.

    En parallèle de cette enquête, EY a conduit une autre étude, The CEO Imperative, et interrogé des PDG sur leurs objectifs commerciaux pour 2021 et au-delà, dont les résultats éclairent les réponses du Global Law Survey 2021.

    Considérées dans leur ensemble, ces enquêtes - présentées dans ce premier volet de trois rapports - offrent une vue à 360 degrés de la fonction juridique, du rôle qu'elle doit jouer au sein de l'entreprise et de la façon dont elle est perçue au sein des grandes organisations.

Directions juridiques : quelle stratégie de make or buy ?

Nos experts vous livrent leurs retours d'expérience et des pistes pour alimenter votre réflexion stratégique et mieux piloter votre direction juridique.

 

Regardez le webcast

 

Ce qu'il faut retenir

Les départements juridiques du monde entier sont confrontés à un nombre croissant de défis opérationnels tandis qu'ils cherchent à se transformer pour répondre aux enjeux croissants de la numérisation et d’un environnement réglementaire en constante évolution.

Découvrez les enseignements majeurs de cette étude.

A propos de cet article

Par Virginie Lefebvre-Dutilleul

Avocat Associée, Business Law, Life Sciences Leader, Western Europe Maghreb, France

Passionnée par le secteur de la santé et le droit, aime travailler avec différents métiers et à l’international, serial intrapreneur.